A propos

Ce combo grenoblois, évoluant à l’origine avec un répertoire exclusivement instrumental et désormais dans un registre reggae roots/new roots, s’est véritablement formé en 2013, après plusieurs changements de line-up, autour de musiciens issus de deux générations séparées par presque 15 ans. Le projet a en effet ceci d’original qu’il associe de vieux routards du réseau reggae et musiques actuelles rhônalpin – comptant pour certains de nombreuses formations et plusieurs centaines de concerts à leurs actifs – et des artistes plus néophytes ayant fait leurs premières armes discographiques et scéniques ces dernières années au sein même de Disk-R.

 

Dès le commencement, il y a de l’éthique chez ces huit-là, un sens des valeurs, du partage et de la générosité, beaucoup d’énergie aussi ; en clair une philosophie combinée à une belle créativité qui font que le groupe marque, qu’il s’agisse du public comme des professionnels, pour qu’au final Disk-R se retrouve, quelques mois seulement après son éclosion, à prendre la route et arpenter la France pour se voir confier des scènes de plus en plus grosses. En 30 mois, le groupe cumule une quarantaine de dates sur des jauges de 100 à 3000 personnes, entre salles (SMAC Le Hangar d’Ivry sur Seine, La Belle Electrique de Grenoble, SMAC La Tannerie de Bourg en Bresse, La Structure à Genève, Le K’Fé Quoi à Forcalquier, La Bobine ou L’Ampérage à Grenoble…) et festivals (Rock’n Poche, Plein les Watts, Alp’in Dub, Fête de la Musique à Montrouge ou Billom…), premières parties (Protoje, Turbulence, Junior Kelly, Michael Prophet, Earl 16, Rod Taylor, Biga Ranx…) ou en tant que tête d’affiche.

 

A l’issue de trois ans de création, de concerts et de rencontres et après une première expérience discographique avec l’enregistrement en 2014 d’un EP promotionnel 4 titres, le groupe commence à réfléchir à un album. Et, comme cela arrive parfois, la chance est là au moment et où on l’attend le moins, puisque lors d’un petit show privé et sans prétention, Disk-R se voit offrir l’opportunité de bénéficier d’un accueil studio de 8 jours au cœur de Bruxelles. L’occasion est trop belle ; le groupe s’empresse d’accepter la proposition et, sur ses fonds propres et avec le soutien d’un premier cercle de soutiens privés, parvient à réunir les moyens nécessaires à l’enregistrement du disque. Au terme d’un an de travail de mixage et de mastering, et après une nouvelle levée de fonds via une opération de crowdfunding afin de financer les couts de production physique de l’album, « One Block » sort officiellement le 30 mars 2017 tandis que Disk-R reprend la route pour défendre sa création sur scène.